Organisation des cérémonies funéraires

La cérémonie funéraire ou rite funéraire est la totalité des actions réalisées telles que les gestes et les paroles qui accompagnent l’agonie puis la mort d’un individu.
La cérémonie varie d’une religion à une autre et d’une culture à une autre. Les rituels évoluent selon l’époque et le contexte historique. Ils varient également en fonction du statut social du défunt, des croyances d’une société, des conditions du décès et parfois de la volonté du défunt.

 

Cérémonie funéraire : Se recueillir pour mieux se souvenir

La cérémonie funéraire offre la possibilité de se recueillir pour mieux se souvenir. Ce moment de partage est non seulement un hommage personnel au défunt, mais également un véritable témoignage de l’affection que ses proches lui portent.

 

Cérémonie civile : une alternative à la cérémonie religieuse

La cérémonie civile offre un temps de recueillement fort, en dehors de toute connotation religieuse.
Gérée par les professionnels du funéraire tels que les conseillers et maîtres de cérémonies, la cérémonie civile propose un espace de liberté pour exprimer son émotion et son affection au défunt.
Il est donc possible de s’approprier totalement ce moment de recueillement et organiser une cérémonie personnalisée avec la liberté de choix pour la musique, les textes ou encore la projection des photos, dans le dessein de rendre un hommage sur-mesure.
La cérémonie civile peut s’organiser au cimetière, au funérarium ou au crématorium dans les salles de cérémonie, spécialement conçues pour garantir un cadre serein et propice au recueillement.


Cérémonie funéraire catholique

Dans le culte catholique :

La cérémonie est célébrée à l’église et est organisée en fonction des choix de la famille en matière de textes bibliques, de prières et de chants. La célébration à l’église se double parfois d’un temps de prière supplémentaire, organisée au cimetière. La cérémonie catholique peut ainsi être aménagée sur l’autorisation de l’évêque, sans les rites et l’eucharistie. De la même manière, si l’Eglise privilégie l’inhumation, elle tolère désormais la crémation.


Cérémonie funéraire protestante

Dans le culte protestant :

Ce culte tolère le moment de la célébration. Ainsi, elle peut s’organiser indifféremment avant ou après les obsèques quel que soit le type de sépulture choisi (inhumation ou crémation), sans la présence du défunt. Dans le culte protestant : Ce culte tolère le moment de la célébration. Ainsi, elle peut s’organiser indifféremment avant ou après les obsèques quel que soit le type de sépulture choisi (inhumation ou crémation), sans la présence du défunt.


Cérémonie funéraire dans le culte orthodoxe grec ou russe

Dans le culte orthodoxe grec ou russe :

Le rituel orthodoxe repose principalement sur la résurrection de l’âme. La célébration de l’office commence au moment du décès, avec l’absolution donnée par encensement et l’enterrement se déroule 3 jours après le décès. La crémation et les soins de conservation sont interdits, car ils portent atteinte à l’intégrité du corps. Un office est organisé à l’Eglise orthodoxe, avec un cercueil ouvert, entouré de 6 chandeliers symbolisant l’âme du défunt. Une autre cérémonie se tient au cimetière lors de la mise en terre, en présence d’un prêtre. Dans le rituel orthodoxe, la sépulture du défunt doit obligatoirement comporter trois éléments essentiels : une croix orthodoxe, une icône ainsi qu’un mini réceptacle.


cérémonie funéraire musulmane

Dans le culte musulman :

La cérémonie commence par la toilette mortuaire, réalisée par des membres de la famille ou de la communauté religieuse. Après avoir lavé le corps avec de l’eau et l’avoir parfumé, il est enveloppé dans un linceul blanc non cousu, la tête tournée vers La Mecque. Le rituel musulman autorise un délai d’inhumation très court, dans les 24 heures suivant le décès, lors desquelles a lieu la prière des morts. Le rite religieux musulman interdit en revanche certaines pratiques telles que la crémation et les soins de conservation, tolérés toutefois lorsque le rapatriement du corps « au pays » les rend obligatoires.


Cérémonie funéraire juive

Dans le culte juif :

La religion juive exige une cérémonie simple et un rituel précis de la toilette avant d’habiller le défunt avec de simples vêtements blancs. L’incinération et les soins de conservation ne sont pas tolérés dans l’organisation juive des obsèques. Présidée par le rabbin, la cérémonie a lieu au cimetière. C’est au cours de cette célébration que les 7 proches parents du défunt pratiquent le rite de la « Kri’a » qui consiste à déchirer une partie de leurs vêtements au niveau du cœur, en signe de deuil. Après les obsèques et avant de quitter le cimetière, il est coutume de se laver les mains sans les essuyer de manière à rester proche du défunt par la pensée.